Site mis à jour le samedi 03 novembre 2018

L'Union

Article paru dans l'Union du mercredi 31 octobre 2018.

Du matériel médical acheminé au Burkina

PRUNAY : Une association se mobilise pour soutenir des médecins et dentistes à Ouagadougou.

Le Docteur David Kere, chirurgien exerçant à l’Institut Godinot s’est tué en VTT sur une route de campagne il y a 4 ans. Il habitait à Prunay avec sa famille. Son voisinage ne le savait pas, mais David Kere réalisait moult actions caritatives vers son pays d’origine le Burkina Faso, tel l’envoi de matériel médical. En discutant avec sa veuve Chantal, ses voisins et le maire Frédéric Lepan ont décidé de reprendre ses actions. Ils ont créé l’association Burkina Santé il y a deux ans. Jean-Claude Bastien en est le président.

 Quel est l’objectif de Burkina Santé ?

Nous récupérons du matériel auprès des professionnels de santé qui arrêtent leur activité et nous l’envoyons par conteneur à l’hôpital central de Ouagadougou. La mairie de Prunay nous prête un local où nous disposons tout ce qu’on nous donne : compresses stériles, fauteuils roulants, matériel dentaire, lunettes, des cannes… Nous acceptons tout sauf les médicaments car trop compliqués à faire voyager. Les particuliers font aussi des dons.

Comment vous organisez-vous ?

Quand les dons avoisinent 13 m3 , nous organisons une séance d’emballage. Intermarché à Sillery propose un fourgon à prix défiant toute concurrence et nous emmenons le matériel à Vernon, dans l’Eure. Une barge l’emmène jusqu’au Havre et le matériel est placé dans un conteneur qui partira par bateau jusqu’à Lomé (Togo). Là, nos référents conduiront le matériel jusqu’à Ouagadougou. La collecte envoyée récemment arrivera vers la mi-janvier. L’association règle le prix de la traversée.

Quels sont vos moyens ?

Les dons ! Nous organisons quelques manifestations : concerts de solidarité, repas africain et participation à la brocante. 98% de notre trésorerie sont consacrés aux deux envois annuels. Notre récompense est de savoir que nos efforts font des heureux. Le dentiste de là-bas n’avait même pas de miroir pour les examens. Nous lui en avons envoyé plusieurs. La situation politique de ce pays est difficile. Ils ont vraiment besoin de nous.

Propos recueillis par notre correspondante

Patricia Balligand

Union envoi 4 2018

Comments est propulsé par CComment

© 2016 - 2018 Burkina-Santé